Archéologie poitevine

Bienvenue sur le blog des amis de l'Association pour le Développement de l'Archéologie sur Niort et les Environs (ADANE) ! Actualités archéologiques, historiques et patrimoniales en Poitou-Charentes-Vendée et ailleurs.

16 août 2012

Les trésors cachés du château Naillac

Indre, "Les coulisses du patrimoine "

Le Blanc. Le château seigneurial qui accueille l’Écomusée de Brenne possède de nombreuses richesses ignorées du grand public.

article original de Jean-Michel Bonnin et photographie: http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre/Loisirs/Patrimoine-tourisme/n/Contenus/Articles/2012/08/16/Les-tresors-caches-du-chateau-Naillac

Les établissements ouverts au public n'étalent pas au grand jour toutes leurs richesses. Cette démarche justifiée par un manque de place, le souci conserver les collections, ou des normes de sécurité, est vraiment palpable à l'Écomusée du Blanc et de la Brenne installé dans les murs épais de château Naillac. Le monument, dont l'origine remonte au XIIe siècle, qui fut un logis seigneurial avant de devenir prison, puis école, exhale sa longue histoire à travers des éléments d'architecture, des graffitis…

Nombre de ces trésors jalonnent les visites officielles, d'autres restent au secret, mais la partie cachée de l'iceberg ne s'arrête pas aux vieilles pierres, comme le montre une découverte du site, sous la conduite de sa directrice Hélène Guillemot.

Quatre cents oiseaux dans une armoire

Le bâtiment aménagé sur trois niveaux et 900 m2, possède également des combles et des caves. La première halte a lieu dans les bureaux et réserves qui s'étendent sur 150 m2. On y trouve les deux tiers de la collection d'oiseaux qui a rejoint la forteresse de la Ville Haute en 1989 pour donner naissance à ce qui allait devenir l'Écomusée. Une véritable volière apparaît lorsque la directrice de l'établissement ouvre une armoire anonyme : plus de quatre cents spécimens sont stockés pour des raisons diverses. « Nous les avons en double, où il s'agit d'espèces locales qui présentent un intérêt moindre, mais nous les sortons occasionnellement », explique notre guide avant d'évoquer « ces collections qu'on ne voit pas, provenant de diverses expositions » : briques, carreaux, épis de faîtage, coiffes traditionnelles, et même vestiges archéologiques du chantier de l'hôpital. Les archives municipales, allant de la Révolution à la fin du XIXe siècles sont, elles aussi, entreposées dans un placard. On peut les consulter sur demande, comme une énorme documentation locale issue là encore de travaux et de manifestations. « Nous avons un rôle très important de centre ressource sur le patrimoine culturel et historique du Parc naturel régional. On nous contacte souvent à ce sujet », précise Hélène Guillemot avant de rejoindre les caves et de montrer une superbe porte sculptée en ogive et une baie du XIIe. « Nous aimerions les faire découvrir au public, mais c'est très compliqué : il y a un problème d'accès et de sécurité. » La visite se termine à la tour du concierge qui possède une cheminée du XVe, des graffitis de prisonniers, et dans les combles du donjon est, dotées d'une belle charpente du XVIIIe. Château Naillac a vraiment une âme.

pratique

L'Écomusée du Blanc et de la Brenne évoque sept thèmes en complément du musée des oiseaux, riche de 200 espèces : le Pays des mille étangs, La Nuit des temps, Les Années difficiles, Les Hommes des forges, Usages et pratiques du territoire, Château Naillac et la ville du Blanc, Témoignages pour demain. Il est ouvert tous les jours, de 9 h 30 à 18 h, au mois d'août. La visite dure environ une heure et demi. Entrée : 3,80 €. Contact : tél. 02.54.37.25.20 ; courriel ! ecomusee.brenne@wanadoo.fr

Jean-Michel Bonnin

 

Posté par vanuatu à 15:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

Poster un commentaire