Archéologie poitevine

Bienvenue sur le blog des amis de l'Association pour le Développement de l'Archéologie sur Niort et les Environs (ADANE) ! Actualités archéologiques, historiques et patrimoniales en Poitou-Charentes-Vendée et ailleurs.

21 septembre 2012

Les émeutes de la faim d'une troublante actualité

Article original, et photographie http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre/communes/Buzançais/n/Contenus/Articles/2012/09/21/Les-emeutes-de-la-faim-d-une-troublante-actualite

 

Indre- Buzançais - 21/09/2012 05:36

Les émeutes de la faim d'une troublante actualité

Régis Blanchet, depuis la terrasse de la mairie de Buzançais, montre une des minoteries qui furent pillées, ce 14 janvier 1847. Le bâtiment abrite aujourd'hui une centrale électrique.

Buzançais accueillera, en octobre, un colloque consacré aux émeutes de la faim qui ont marqué la commune en 1847. Un sujet encore délicat.

Le 13 janvier 1847, un convoi transportant du blé du blé traverse Buzançais et s'arrête à l'auberge du Soleil d'Or, dans le faubourg des Hervaux. Là, vit une population misérable et affamée, dont la frustration est attisée par l'augmentation des prix du blé, consécutive à plusieurs années de mauvaises récoltes. Le convoi est pillé. Le lendemain, les émeutiers s'attaquent à des demeures bourgeoises. Dans la rue Porte-Luçay, ils investissent la maison Dauvergne, où résident Mme Huart-Chambert et son fils de 40 ans. Ce dernier court chercher un fusil pour se défendre. Entre bousculades et insultes, un coup part, un émeutier est tué. Chambert tente de fuir, mais peine perdue : il sera lynché par la foule.

Des parallèles avec la crise actuelle

Cet événement tragique marque le départ de ce que les historiens appellent aujourd'hui les « Émeutes de la faim », qui ont marqué la commune de Buzançais et l'Indre, en janvier 1947. Retour au XXIe siècle. En 2009, Régis Blanchet, maire de Buzançais, économiste et passionné d'histoire, décide d'organiser un événement autour de la mémoire des émeutes de Buzançais : « Ce qui m'interpelle dans cette histoire, ce sont les correspondances avec la situation économique actuelle, explique-t-il. A l'époque, les minotiers spéculaient sur le blé. Aujourd'hui, on spécule, devant son ordinateur, sur toutes sortes de cultures. Il n'y a plus de régulation, des populations, en Afrique ou en Asie, meurent de faim. Ce sont les marchés qui commandent. » A Buzançais, la mémoire de cet événement est encore vive : « Le sujet est délicat, reconnaît Nicolas Thomas, président du Groupe d'histoire et d'archéologie du Buzançais (GHAB), organisateur du colloque. A Buzançais, tout le monde connaît cet épisode, mais on n'ose pas en parler ouvertement. Ce qui m'intéressait, c'était de croiser les regards, de confronter les générations sur ce sujet. » Pour préparer le rendez-vous, Nicolas Thomas a envoyé un questionnaire aux adhérents au GHAB : « Les retours montrent que les gens ont envie d'en savoir plus. Beaucoup d'adhérents ont de la compassion et de l'empathie pour les émeutiers, mais ils condamnent la violence. » Régis Blanchet renchérit : « 1847, ça n'est pas si loin.Il y a de nombreux descendants des émeutiers, et des bourgeois de l'époque. Rappelons que dans cette affaire, trois personnes ont été guillotinées sur la place de Buzançais et d'autres sont partis au bagne. »

 

Recherche

Une Américaine à Buzançais

Comment une Américaine du Texas en est-elle venue à s'intéresser à des émeutes de la faim survenues dans les campagnes berrichonnes en 1847 ? En étudiant, dans le cadre de ses travaux, les sociétés rurales à l'aube de l'industrialisation, cette universitaire a découvert l'épisode de Buzançais. Elle a même publié un ouvrage (non traduit en Français) sur le sujet. Cynthia Bouton sera présente au colloque : « Cela paraît inattendu, voire iconoclaste qu'une Américaine du Texas se penche sur notre histoire, explique Nicolas Thomas. C'est la raison pour laquelle nous avons voulu l'inviter, sachant que l'idée de ce colloque est de croiser les regards différents sur cet événement.

 

Pratique

Le colloque, intitulé Les émeutes de la faim de 1847 à Buzançais, regards d'hier et d'aujourd'hui, se déroulera samedi 27 et dimanche 28 octobre au Centre culturel Jean-Bénard à Buzançais.
Outre les historiens et auteurs de l'Indre (Léandre Boizeau, Yvon Bionnier, Gérard Coulon, Marc du Pouget, Jean-Louis Laubry, Daniel Bernard…), le GHAB donnera la parole à des économistes comme François-Seck Fall, maître de conférence à l'université de Toulouse, qui viendra parler de l'insécurité alimentaire dans le monde d'aujourd'hui.

Albane Ratsivalaka

Posté par vanuatu à 20:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Commentaires

Poster un commentaire