Archéologie poitevine

Bienvenue sur le blog des amis de l'Association pour le Développement de l'Archéologie sur Niort et les Environs (ADANE) ! Actualités archéologiques, historiques et patrimoniales en Poitou-Charentes-Vendée et ailleurs.

27 décembre 2012

Musée du protestantisme : il y a péril en la demeure

Deux-Sèvres - La Couarde - Vie associative

Musée du protestantisme : il y a péril en la demeure

26/12/2012 05:46

 

Musée du protestantisme

Basée à La Couarde, où elle gère un centre de ressources construit par la communauté de communes Haut de Sèvre, l'association est aussi installée à Beaussais.

L’association régionale du Poitou protestant ne paie plus les salaires de ses animatrices. L’appel à l’aide divise les communes de haute Sèvre.

Avon, La Salle et Exoudun disent non

   

Il va falloir trouver une solution rapide… Jacqueline Quintard, qui préside depuis deux ans l'Association du musée du Poitou protestant (AMPP), a lancé un appel à la solidarité. Les chèques provenant d'adhérents (ils sont 250) ou de quelques communes permettront de parer au plus pressé. Car la question de la survie financière de l'association est clairement posée. Avec un budget annuel de 50.000 €, l'AMPP a accumulé un déficit tel qu'elle n'est plus en mesure de payer les salaires de ses deux animatrices (1,2 équivalent temps plein, le reste étant payé par des prestations) depuis septembre.

 

 " Une association culturelle, pas cultuelle "

Basée à La Couarde, au cœur du pays protestant, cette association à vocation régionale s'est donnée pour objectif, depuis 1987, de « faire connaître l'histoire du protestantisme et d'en montrer les conséquences sur l'économie et la culture ». Après l'ancien presbytère du temple de La Couarde, l'AMPP s'est implantée dans un local situé chez la voisine Beaussais, commune dont le temple accueille une muséographie retraçant l'histoire du protestantisme. Depuis 2009, l'association gère également le centre de ressources et de généalogie, dépositaire du fond de documentations collectées par le pasteur Jean Rivierre, installé dans un bâtiment flambant neuf construit en 2009 (350.000 €) puis mis à disposition par la communauté de communes de Haute Sèvre.
L'AMPP démultiplie ses activités, organise des conférences, spectacles, animations, notamment le sentier « huguenot ». Ses deux animatrices proposent aussi des balades guidées sur le Pays mellois, interviennent au centre de recherche sur l'art roman. Mais l'Association du musée du Poitou protestant (environ 2.500 visiteurs par an) peine à générer des ressources suffisantes. Les bénévoles ne ménagent pourtant pas leur énergie : « Si l'on devait les rémunérer pour leur investissement, il faudrait débourser environ 10.000 € », estime la présidente, admettant que la coexistence de deux sites, à La Couarde et Beaussais (pas de chauffage), est « bien compliquée ».
« On pourrait dire un peu vite que c'est une association de La Couarde. Mais son rayonnement est beaucoup plus large », insiste Philippe Caclin. Le maire met en avant« les compétences, le savoir-faire des deux salariés ». La petite commune (250 habitants) accorde une modeste subvention de 120 €, participe au petit entretien de l'équipement pour lequel la communauté de commune de Haut de Sèvre rembourse annuellement 20.000 €. Philippe Caclin n'hésite pas à son tour à « lancer un appel à la solidarité ». Ou comment trouver les 15.000 € nécessaires pour rééquilibrer – provisoirement ? – les comptes : « Il ne s'agit pas d'une association cultuelle, mais culturelle », plaide-t-il.

nr.niort@nrco.fr

Jean Rouziès

Source de l’information: http://www.lanouvellerepublique.fr/Deux-Sevres/communes/La%20Couarde/n/Contenus/Articles/2012/12/26/Musee-du-protestantisme-il-y-a-peril-en-la-demeure

Posté par vanuatu à 09:38 - Musées et expositions - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,

Commentaires

  • SCIC ?

    Bonjour,
    J'ai vécu dans ma vie professionnelle et militante le même problème (malheureusement commun à beaucoup d'associations culturelles) et suivi en conséquence une expérience de mutation d'une association en Société Coopérative d'Intérêt Collectif, soutenue par le réseau très structuré de l'Economie Sociale et Solidaire en Languedoc Roussillon et accompagné par les services de l'Etat. La recherche de financements autonomes est cruciale aujourd'hui ; sans plan de développement stratégique clairement validé par la gouvernance (CA) et soutenu par toutes les parties prenantes, une asso en difficulté ne peut que disparaître, à court ou moyen terme. Si mon expérience peut être utile...
    dites-moi. Cdt. Nicolas Gouzy

    Posté par Nicolas Gouzy, 28 décembre 2012 à 08:40

Poster un commentaire